Tandis qu’Adjan Business School s’apprête à lancer une formation esport en septembre 2023, le gouvernement a annoncé une série de mesures destinées à professionnaliser la discipline.  

 

On se souvient que le 3 juin 2022, Emmanuel Macron invitait à l’Elysée plusieurs grands noms de l’esport français. De Kameto à Kayane, en passant par ZeratoR, le Président de la République avait pu échanger avec les représentants majeurs d’un secteur auquel il promettait alors « une nouvelle ère ». « On peut créer énormément de valeur pour le pays si on sait collectivement l’organiser, le porter et être une très grande nation de l’esport », déclarait il à la veille de la Trackmania Cup. Une promesse à laquelle le gouvernement semble avoir voulu répondre très vite, comme en témoigne la série d’annonces partagées ce lundi 16 janvier à la Maison de l’esport.

 

Depuis cette date, ce ne sont en effet pas moins de trois Ministères et une trentaine d’acteurs qui ont travaillé de concert pour réfléchir aux moyens nécessaires à de telles ambitions. Plusieurs objectifs avaient été établis, parmi lesquels une réelle structuration de l’écosystème esport, l’accompagnement de la pratique amateur ou encore la capacité à accueillir très vite en France des événements majeurs de l’esport. Citons notamment l’Olympic Esports Week, porté par le Comité International Olympique et qui se déroulera cette année à Singapour.

 

esport adjan business school

©2014 Kevin Chang

 

Pour répondre à ces volontés, un plan d’action a été mis en place. En premier lieu, des décisions devront être prises d’ici l’été prochain afin de déterminer la forme juridique que pourrait prendre la structure chargée de piloter et de « mettre en œuvre la stratégie national esport ». Premier corollaire inévitable : le financement, qui devra prendre des formes inédites et spécifiques à l’esport.

Dans un deuxième temps, le gouvernement entend identifier les différentes structures territoriales afin de mieux leur permettre de communiquer entre elles. Des antennes régionales seront créées, avec la mise en place d’une convention tripartite (entre l’Etat, France Esports et la région en question) et des mesures de promotion mettant aussi bien en lumière les vertus que les risques possibles d’une telle pratique.

Évoquons enfin la volonté d’une France dynamique pour affirmer son attractivité au niveau mondial. À ce titre, un comité de candidature fut lancé dès ce lundi pour « bâtir le succès de l’Olympic Esports Week à la fin 2024 ». Celui-ci sera coordonné par rien de moins que Matthieu Péché, manager de Vitality sur le jeu Counter Strike, l’une des plus puissantes structures esport européennes !

 

Pour avoir l’intégralité des informations, rendez-vous sur le site du gouvernement