L’aide exceptionnelle à l’apprentissage et au contrat de professionnalisation

Quelle est cette aide exceptionnelle ?

L’aide exceptionnelle de 8000€ maximum (pour les personnes étant majeur et 5000 pour les mineurs) est accordée aux contrats d’apprentissage ou de professionnalisation. Initialement active entre juillet 2021 et juin 2022, elle est prolongée jusqu’au 30 décembre 2022.

Pour quelles entreprises et quelles sont les conditions pour obtenir l’aide ?

Tout d’abord, il faut savoir que cette aide forfaitaire, est destinée à toutes les entreprises et les associations.

Ensuite, elle est versée mensuellement, avant le paiement du salaire à l’apprenti. Et cela pendant la première année du contrat d’apprentissage ou du contrat de professionnalisation.

Après la première année d’exécution du contrat, les entreprises éligibles à l’aide pourront en bénéficier jusqu’à la fin du contrat.

De plus, pour les entreprises, l’aide couvre 100 % du salaire de l’apprenti de moins de 21 ans. Puis 80 % du salaire d’un apprenti de 21 à 25 ans. Et environ 45 % du salaire d’un apprenti de 26 ans et plus.

Voici les différentes conditions nécessaires à l’obtention de l’aide exceptionnelle

Il existe 2 cas de figures :

  • Tout d’abord, pour les entreprises de moins de 250 salariés : Pour être éligible, il faut signer le contrat entre juillet 2020 et décembre 2022. Le diplôme doit être préparé en apprentissage et ne pas dépasser le niveau Bac+5 (niveau 7 du cadre national des certifications professionnelles). Pour finir, l’apprenti doit vivre en France et avoir moins de 30 ans à la date de signature du contrat.
  • Pour les entreprises de plus de 250 salariés : Il faut que le contrat soit signé entre juillet 2020 et décembre 2022. Le diplôme préparé en apprentissage ne peux pas dépasser le niveau Bac+5 (niveau 7 du cadre national des certifications professionnelles). Par la suite, l’entreprise doit remplir un formulaire d’engagement. Quant à l’apprenti, il doit avoir moins de 30 ans à la date de signature du contrat, vivre en France. Enfin, l’entreprise s’engage à embaucher un seuil minimum de salarié en contrat d’insertion.