INTERVIEW : SÉBASTIEN ABONNEL

Comme beaucoup le savent maintenant, une partie de la team Adjan vit cette année dans la ville de Los Angeles aux États-Unis. L’occasion pour eux d’en savoir plus sur la culture du sport à l’étranger et d’étudier de plus près le business américain dans ce domaine. À cette occasion, ils ont eu la chance de rencontrer des expatriés français venus lancer leur carrière ici. Découvrez une série de portraits pour en savoir plus sur ses hommes et femmes ayant décidé de sauter le pas.

Sébastien Abonnel et Lab Five

Cette semaine, c’est à la rencontre de Sébastien Abonnel que notre équipe est allée.

Né avec un ballon au pied, ce passionné de football (soccer aux US) a toujours eu la fibre entrepreneuriale. C’est ce qui l’a mené à ouvrir Lab Five, une structure dédiée au Five, ici à Los Angeles. 

C’est en France que son aventure commence. Ayant joué au niveau national plus jeune, il a toujours eu le football dans sa vie.

Alors en étude de commerce, il a la chance d’effectuer son stage de master chez Nike. C’est lors de ce stage qu’il découvre une nouvelle discipline lors d’un séminaire à Bercy : le foot à cinq

Le concept du foot à cinq

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, le foot à cinq (ou Five) est une variante urbaine du football où les équipes sont composées de cinq joueurs. Les terrains sont beaucoup plus petits et entraînent donc un jeu avec plus de confrontation entre les joueurs. Les règles ne sont pas tout à fait les mêmes, les murs peuvent notamment être utilisés pour jouer (c’est ici pour en savoir plus sur cette discipline).

Alors nouveau à l’époque, Monsieur Abonnel comprend directement le potentiel de ce sport et se pose de nombreuses questions sur son avenir. Propriétaire de locaux familiaux, il décida de se lancer dans un nouveau projet : monter un club de Five à Aix-en-Provence. C’est en dernière année d’étude qu’il se lance dans le projet en rassemblant autour de lui famille et amis pour l’aider dans la concrétisation du centre. 13 ans après, le centre est toujours là.

Une nouvelle aventure commence pour ce jeune diplômé qui se retrouve à la tête d’un centre qui prend rapidement de l’ampleur. Un nouveau rythme s’impose et de plus en plus de clients affluent. Cela attire notamment l’attention du lycée international du quartier qui se retrouve à faire un partenariat avec son centre chaque dimanche. Les élèves du monde entier viennent alors s’entraîner chaque dimanche sous le chaperonnage de leurs parents. L’occasion de rencontrer un bon nombre de personnes pour Sébastien qui se souvient de ses rencontres enrichissantes.

Le début de Lab Five

Mais c’est une rencontre qui changera le cours de sa vie. Car c’est un dimanche matin que Sébastien Abonnel se retrouve à servir le premier café de son futur associé. Alors loin de se douter de ce qui allait suivre, il noue des habitudes avec ce Français ayant vécu et travaillé aux États-Unis. Alors intéressé par ce concept, ce dernier lui posera rapidement des questions sur ses ambitions et le développement potentiel de son concept de l’autre côté de la planète : aux États-Unis.

Le projet est lancé, plus de marche arrière : c’est la naissance de Lab Five. Avec un nouvel investisseur ayant de fortes connaissances du marché américain, Sébastien avait à charge d’apporter la technique et de s’occuper du développement du club. S’entame alors une phase d’aller-retour pour faire des visites, choisir la ville, se renseigner sur les démarches. La société voit le jour lors d’un voyage à San Francisco pour rendre visite à son associé. L’objectif était simple mais ambitieux : ouvrir 10 centres avant 2025.

Le Made In France aux Etats-Unis

Monter son entreprise aux USA n’est pas simple, surtout à distance. Le Five est un nouveau concept, il y a donc eu beaucoup de tentatives auprès de nombreuses villes avant de trouver la perle rare dans le quartier de Pacoima au nord de Los Angeles. Les travaux sont lancés et tout est à construire. Partant d’un terrain vide, les terrains sont arrivés d’Italie pour pouvoir voir naître le centre en mars 2020.

Malgré l’arrivée du COVID et la fermeture du centre durant une longue période, Lab Five voit son affluence grimper. Le centre est d’ailleurs la plupart du temps ouvert jusqu’à 00H et possède sa propre ligue. Deux nouveaux centres sont en développement et les ambitions de départ ne sont pas revues à la baisse. De quoi présager un bel avenir pour cette entreprise Made In France.

Et le marché du sport aux US ? 

Importer le FIVE aux US, ce n’était pas gagné d’avance. Le soccer n’étant pas le sport principal ici, il est souvent associé à un sport pour les enfants ou les filles. Il a fallu prendre le temps de leur montrer la valeur ajoutée de ce sport. Plus qu’une implantation commerciale, c’était un apprentissage culturel que devait véhiculer Sébastien. Crédibilité, règles, concept, rentabilité. Un vrai argumentaire à monter face à des Américains alors loin de se douter de l’engouement que pouvait provoquer ce sport chez eux. 

Mais la grande différence entre le sport en France et aux US repose également sur la manière dont il est vendu. Ici, on vend une expérience, un moment. Le marketing avait un rôle-clé. La concurrence n’était d’ailleurs pas un problème car le marché du soccer aux USA est encore en développement. Ses propres concurrents se situent d’ailleurs dans d’autres parties de la ville. Leur cible est donc bien différente.

Que conseille-t-il aux Français voulant lancer une carrière aux USA ?

Il faut y aller, il faut y croire. Beaucoup de Français n’osent pas. Ils ont peur. L’argent, la langue, le décalage, l’administratif. Mais si on a une idée viable et que l’investissement nécessaire est présent, il faut tenter sa chance et travailler pour réaliser ses objectifs. Attention tout de même aux investissements et dépenses qui sont bien plus élevés qu’en France. Néanmoins, les retours sont aussi à l’échelle bien plus importants. 

Nous espérons que ce portrait vous aura plu, on se retrouve très vite pour plus d’actus sur le sport US ou pour découvrir notre prochain portrait !